L’offre 360 Provigis & Activigie-Bativigie : les 5 raisons du succès

Depuis 2018, Provigis et Activigie-Bativigie associent leurs expertises dans la lutte contre le travail dissimulé, en proposant une solution de vigilance 360° à tous les donneurs d’ordre. L’objectif : vérifier au moyen de process numériques automatisés non seulement la conformité de la personne morale, mais aussi celle des personnels sous-traitants et fournisseurs, sur le terrain.

Rémi Lentheric, directeur de Provigis, et Frédéric Pradal, créateur et dirigeant d’Activigie-Bativigie, éclairent ce partenariat à la lumière de 24 mois de collaboration pour des grands comptes et nous expliquent pourquoi l’offre a le vent en poupe.

 

1/ La complémentarité de 2 acteurs leaders pour la compliance

Rémi Lentheric : « Notre partenariat est né de la demande de grands comptes qui, au-delà des documents de l’entité sous-traitante, souhaitaient pouvoir s’assurer de la conformité sur le terrain, jusqu’à la personne, et mettre ainsi en place une gestion du risque globale.

L’alliance de nos deux expertises, celle de Provigis sur la conformité de la personne morale et celle d’Activigie-Bativigie sur la vérification des personnes physiques, permet en effet de résoudre un grand nombre de situations de risque. En premier lieu, les défauts majeurs de vigilance en matière de travail dissimulé ou travail illégal qui peuvent engager la responsabilité solidaire du donneur d’ordre (1).

Mais pas seulement, puisque le système va également remonter tous les incidents potentiels qui peuvent intervenir dans la chaîne contractuelle. Avec notre offre de vigilance 360, notre client s’assure, au-delà de la conformité, de la cohérence des déclarations fournies par son sous-traitant ou fournisseur avec la réalité du terrain sur son chantier ou son site de production. A cette occasion, le dispositif mis en place peut révéler des sous-traitances en cascade ou des détachements de travailleurs qui n’auraient pas été identifiés.

 

2/ Un dispositif global de gestion, de prévention et d’anticipation des risques

En ce sens, Vigilance 360 va bien plus loin que la simple conformité réglementaire, en fournissant des indicateurs pour le pilotage de la gestion du risque fournisseurs/sous-traitants, sur un ensemble de données essentielles mises sous surveillance.

Il s’agit bien, pour nos clients, d’un dispositif complet de prévention et d’anticipation des risques. »

3/ Un process numérique innovant, pour l’optimisation des ressources

Frédéric Pradal : « Ce pilotage du risque, nous le mettons en œuvre en industrialisant et en digitalisant la vérification de conformité. De nombreuses entreprises procèdent encore de manière « manuelle », en remplissant des fichiers Excel. C’est à la fois lourd, chronophage et source d’erreurs. Nous leur proposons un process entièrement automatisé et numérisé qui va les libérer de ces tâches à faible valeur ajoutée et leur permettre de se concentrer sur des missions plus stratégiques, au cœur de leur métier. Au cours des derniers mois, nous observons que les grands groupes industriels sont en forte attente sur ce volet dans leurs appels d’offre. Avec la crise sanitaire, le besoin d’externaliser et d’industrialiser ces processus s’est amplifié.

Avec Vigilance 360 de Provigis & Activigie-Bativigie, nous apportons une réponse pertinente, avec un nouveau levier pour optimiser les ressources et les coûts, tout en créant de la valeur par l’innovation numérique. »

4/ La réponse à des besoins juridiques, mais aussi « métier », pour la sécurité de sites sensibles

Rémi Lentheric : « En un seul process, rendu possible par les interconnexions informatiques des API, on répond à une multitude de besoins. Ceux en premier lieu des directions des achats, les utilisateurs habituels de provigis.com qui ont vocation à gérer et sécuriser les relations fournisseurs, ainsi que ceux des directions juridiques, les garantes de la gestion des risques contractuels. »

Frédéric Pradal : « Et notre solution de Legality at work répond aussi aux attentes des responsables QHSE, pour lesquels le système couvre les besoins de sécurité et de prévention des risques, en particulier sur le site de production ou le chantier. On va pouvoir notamment contrôler non seulement les titres de séjour des travailleurs étrangers, mais aussi les agréments professionnels et les qualifications obligatoires pour la réalisation de prestations qui doivent être délivrées au bénéfice du donneur d’ordre. De plus, ces derniers mois, face aux impératifs de lutte contre la propagation du Covid, nous avons étendu le champ couvert par notre système à la sécurité sanitaire. Notre plateforme s’est en effet enrichie de nouvelles fonctionnalités « Coronavigie », qui permettent la vérification du port des équipements de protection par tous les salariés et intervenants sur les sites de nos clients.

Notre offre Vigilance 360 s’inscrit aussi dans les besoins quasi « physiologiques » des sites sensibles, de type SEVESO, de pouvoir connaître et tracer toute personne qui accède en leur sein. Digitaliser et fiabiliser les process de conformité intéresse fortement ces donneurs d’ordre, pour lesquels la sécurité est primordiale. »

5/ Une offre transectorielle, pour tous les donneurs d’ordre

Frédéric Pradal : « Notre solution de vigilance, digitalisée et intégrée en amont dans la gestion des sites industriels ou de construction, a très vite trouvé son marché.

Aujourd’hui, ce sont plus de 4000 personnes physiques qui sont gérées par Vigilance 360 de Provigis & Activigie-Bativigie. Et ce, dans des secteurs d’horizons très divers tels que l’agro-alimentaire l’industrie, le traitement des déchets ou le BTP. »

Rémi Lentheric : « Cela montre bien que notre approche est transectorielle. Elle répond aux besoins d’acteurs très différents, mais confrontés aux mêmes problématiques : se prémunir des risques liés à la sous-traitance, sécuriser la relation fournisseurs, disposer d’outils fiables de traçabilité des personnels, être en mesure de faire face aux contrôles mis en œuvre par les pouvoirs publics, toujours plus nombreux et fréquents…

Pour toutes ces raisons, nous observons une forte croissance de la demande pour notre solution partenariale. Le carnet de commande se remplit sur un rythme élevé, et surtout la satisfaction de nos clients est au rendez-vous. Clairement, après 2 ans, le On boarding de Vigilance 360 est pleinement réussi ! »

 

(1) Depuis 2014, le donneur d’ordres est solidairement responsable des infractions commises par un sous-traitant. En cas de défaut de vigilance relatif à la régularité du personnel des prestataires, les condamnations peuvent mettre en péril la vie de l’entreprise: le dirigeant est passible de 45 000 € d’amende et de 3 ans d’emprisonnement en cas de recours au travail dissimulé. Une peine qui peut s’élever à 5 ans en cas d’emploi irrégulier d’opérateurs étrangers, et jusqu’à 500 000 euros en cas de fraude au détachement. Mais les sanctions ne sont pas uniquement financières puisque l’entreprise fautive encourt aussi une fermeture administrative, l’exclusion de marchés publics et peut être contrainte de rembourser les aides publiques perçues.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>